Les graines d'orchidées

D'abord un petit rappel sur la multiplication sexuée des orchidées.

Ces plantes ont la réputation d'être particulièrement complexes à cultiver, et ce n'est pas pour rien, car même l'obtention de graine et leur semis sont délicats.

La fécondation des fleurs se réalise à la main car, pour faire simple, les fleurs ne sont butinées dans la nature que par une catégorie particulière d'insecte (pardonnez le simplisme des explications et la généralisation outrancière, sachant qu'il existe des dizaines de milliers d'espèces d'orchidées !!!).

Une fois les fleurs fécondées, la maturation des fruits prend plusieurs mois.

Les fruits contiennent des millions de minuscules graines qui, contrairement aux graines de haricot, par exemple, ne contiennent pas les réserves nutritives indispensables à la germination et à la croissance du plant non encore autonome (pas de racine).
Ces substances nutritives sont apportées par un champignon vivant en symbiose avec ces jeunes plants d'orchidées.

In vitro, ce champignon peut être remplacé par un milieu nutritif synthétique : d'où la culture in vitro.

Choix pour la première culture

Pour se lancer dans les semis d'orchidées, 2 possibilités : collecter le maximum d'informations auprès de sources variées, et acquérir le matériel chez différents fournisseurs, ou bien acheter un kit de culture.
J'ai opté pour la seconde solution pour réduire les risques d'échec !

C'est chez Vacherot que j'ai fait l'acquisition de ce kit (Mérys). C'est très cher quand on voit ce qu'il contient : un peu de verrerie, une spatule, un scalpel etc. (on trouve tout ça pour trois fois rien chez les fournisseurs de matériel de laboratoire), très peu de milieu de culture, pas beaucoup plus de produit désinfectant, du substrat, des pots et des graines.

Bref, je suis satisfait de l'achat pour :
- Le milieu prêt à l'emploi
- Les graines
- La notice suffisamment claire

Les grandes lignes techniques

La préparation des milieux ne demande pas de grosses difficultés :
- Dissolution et coulage le milieu
- Stérilisation des flacons en cocotte minute

La stérilisation des graines avec l'hypochlorite de sodium est plus délicate :
- Dissolution des sels et filtration
- Mise en présence de la solution de désinfection et des graines
- Séparation des graines et de la solution : c'est le point délicat (voir ci-dessous)

L'ensemencement des milieux :
- Stérilisation du matériel de prélèvement
- Manipulation en conditions stériles sous la hotte "à flux laminaire" maison !!!!

La stérilisation des graines

La technique proposée par Mérys consiste à retourner le tube contenant les graines en suspension pour les laisser flotter et former un anneaux.
L'ouverture du bouchon tube retourné est sensée laisser échapper la solution mais pas les graines qui devraient restées collées aux parois.

Les problèmes sont multiples à cette étape :
- En fonction des espèces d'orchidées, les graines viables stérilisées flottent ou sédimentent !
- Les graines non viables font l'inverse
- Si la quantité de graines est insuffisante, et le diamètre du tube trop important, les graines ne se collent pas aux parois
- Pour les graines viables qui flottent, certains préconisent de laisser s'écouler le liquide doucement et d'autre rapidement

Dans mon cas, je n'ai pas pu récupérer beaucoup de graines. Grosse déception !

La solution : la centrifugation pour séparer la totalité des graines.


Le bilan

Cette première expérience a été très riche et a permis d'utiliser la hotte stérile.

L'incubateur n'est pas encore prêt pour accueillir les premiers semis, donc l'incubation se fera à température ambiante à la lumière du jour.

Le prochain matériel à fabriquer pour le bio fablab : une centrifugeuse !!
Lorsque ce matériel sera prêt, de nouveaux semis seront réalisés avec des graines, des milieux et de la verrerie provenant de différents fournisseurs.


Kit in vitro Mérys (1)

Kit in vitro Mérys (2)

Matériel de culture

Manipulations sous hotte